Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Interventions dans les écoles > Témoignages sur la guerre d’Algérie au collège Gustave Flaubert à (...)

Témoignages sur la guerre d’Algérie au collège Gustave Flaubert à Paris.

jeudi 25 mars 2021, par Christian Travers

Version imprimable de cet article Version imprimable

19 mars 2021, jour anniversaire du « cessez-le-feu en Algérie ». Nous avions choisi cette date pour organiser une matinée de témoignages d’anciens acteurs de cette guerre au collège Gustave Flaubert dans le 13ᵉ arrondissement de Paris.

Kamel Chabane, professeur invitant, n’accepte pas le discours décliniste sur le déchirement social qui affecterait les élèves de certains quartiers que l’on a qualifiés de « territoires perdus de la République » (1). Jour après jour avec bienveillance, écoute, courage et optimisme même, il travaille sans relâche, comme d’autres enseignants, à transmettre les valeurs de la République. J’avais repéré le nom de ce professeur dans le livre « Territoires vivants de la République : Ce que peut l’école : Réussir au-delà des préjugés » (2).
Toute commémoration, toute occasion sont bonnes pour ce professeur pour éveiller les élèves à la citoyenneté : massacre d’Oradour-sur-Glane, traite négrière et esclavage colonial, visite de camps de concentration, invitation à témoigner de Lassana Bathly le salarié malien musulman de l’hyper cacher…

J’avais proposé pour l’organisation de cette séance de 3 heures le dispositif souvent éprouvé :
– projection de séquences de film en introduction. Plutôt que des extraits de notre film « Retour en Algérie » le professeur avait préféré le petit film d’animation « souvenir, souvenir » de Bastien Dubois.
– présentation de leur expérience par quatre acteurs de la guerre en 10 à 15 minutes : un ancien FLN et insoumis : Rahim Rezigat, une pied-noir d’origine juive, Jacqueline Gozland, un ancien harki, Messaoud Guerfi et moi-même pour représenter les anciens appelés.
– séquence de réponses aux questions des élèves.
En raison des restrictions sanitaires la matinée a été divisée en deux séances. Une première partie en deux lieux différents reliés en web-conférence pour accroître les distance physiques, puis regroupement au CDI après 10 minutes de pause pour la séquence Questions/réponses.

Impeccable organisation, accueil chaleureux du principal et de son adjoint et aussi de l’Inspecteur Pédagogique Régional monsieur Rachid Azzouz qui ont tous les trois assisté longuement à cette manifestation.
Les élèves avaient été soigneusement informés des moments et des caractéristiques complexes de cette guerre et Kamel Chabane, en parfait animateur, a su encourager les belles questions des élèves en aseptisant méticuleusement le micro après chaque intervention…
Et en ce jour anniversaire nous avons tous souhaité, pour commencer, nous recueillir pendant une minute silencieuse en pensant aux victimes du système colonial et de cette guerre.
JPEG

Devant une fresque peinte par les élèves pour évoquer la colonisation, les quatre témoins ainsi que le professeur d’histoire géographie avec qui la réunion a été organisée :
De gauche à droite : Kamel le professeur, Rahim, Christian, Messaoud et Jacqueline.

(1) : Emmanuel Brenner. Les territoires perdus de la République. Antisémitisme, racisme et sexisme en milieu scolaire. Mille et une nuits. Paris 2002.
(2) : Benoit Falaize (coordination) : Territoires vivants de la République. Ce que peut l’école : réussir au-delà des préjugés. La Découverte. 2018

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.